Posted: octobre 11, 2015 in Uncategorized

Encore un beau week-end pour l’ETC ces 10 et 11 octobre, course à pied, triathlon et run and bike étaient au programme des chièvrois.

Comme nous l’avions annoncé, l’un de nos membres, Ti Bo Do, était à la grand-messe hawaiienne ce week-end. Il s’était qualifié lors de l’édition 2014 de l’ironman de Majorque. Malheureusement, rattrapé par quelques soucis physiques, il a dû abandonner en début de course à pied.

Voici, ses impressions d’après-course publiées via facebook :

« Petit résumé de « course »: Départ mouvementé en nat, le niveau est tellement dense que pendant 200m, c’était coup sur coup, nage tête hors de l’eau pour ne pas trop boire la tasse, difficile de se frayer un chemin. Retour dans les vagues, pour preuves les temps natation plus que lents! Mais je ne m’en sors pas trop mal, sortie avec un concurrent de l’an passé (Majorque) qui avait déjà nagé comme moi.

C’est parti pour le vélo, je tente de rester vers les 260 watts plus ou moins, sans trop de soucis, et voilà la formation du Kona Train des amateurs, et j’en fais partie, c’était quand même chouette.

Premier demi-tour après environ 12km, on croise les premiers amateurs, ça va je suis pas loin! On s’en va ensuite vers le nord de l’île à Hawi, les 20 derniers km plein vent de face, faux plat montant, une horreur! Arrivé à Hawi, une pluie fine fait son apparition, ça fait du bien et j’espère que ça restera tout le reste de la course (pour une fois que j’aime rouler sous la pluie…) et ensuite même chose que tantôt, demi-tour! Je suis à 260 watts de moyenne après 95km, je me dis que ça peut le faire (37-38 de moyenne)! Une fois vent de dos faux plat descendant, je me fais lâcher par mon groupe (53-12 ça ne suffit pas pour faire du 60) et la pluie disparait pour laisser place à un four. C’est là que commence mon calvaire, je commence à avoir mal de tête, je ne peux plus rien avaler, j’ai l’impression que je vais m’évanouir et plusieurs fois, je manque de tomber de mon vélo… S’ajoute à ça la venue de douleur due à ma spondylarthrite, et tout ça ne s’atténuera pas durant les 80 derniers km. Des centaines de concurrents me dépassent sans que je puisse faire quoique ce soit. Le vent s’est levé et souffle très fort! Je sais que ça va être très compliqué de finir, je suis épuisé autant physiquement que mentalement. J’arrive finalement à la transition, je tente quand même de mettre mes chaussures mais en me baissant, une douleur irradie dans le bas de mon dos, ensuite je me lève, je fais quelques pas, et ma sacro-iliaque me fait mal. Je savais quels étaient les risques en prenant le départ et tout s’est mal passé, c’est la vie…

Voilà, j’ai participé au plus mythique des triathlons, j’ai pendant la moitié de la course joué avec les meilleurs amateurs du monde, j’en suis extrêmement fier mais je ne peux être que déçu du dénouement final. Je ne sais pas si j’aurai le courage de retenter l’expérience mais si un jour, Hawaii se retrouve plus proche du pôle nord, pourquoi pas

il faudra bien finir ce fichu triathlon avant de mourir!

 12106826_10153675484738781_1949111936624837690_n

Toujours hors de nos frontières, Guillaume Ninforge participait à son premier marathon et pour une première, on peut dire c’est plutôt réussi puisque le sociétaire de l’ETC s’impose sur le marathon de Reims en un temps de 2h43’08’’.

Voici son résumé de course :

8h30 départ.

Je démarre assez rapidement surement l’adrénaline, au 2ème km un marathonien me dit que le parcours est très dur… zut j’étais venu pour un parcours plat. Au 7ème on me dit que je suis 1er, au 9ème les motos et voiture m’attendent pour ouvrir la route (la classe). Les encouragements sont là et je remercie tout le monde (bah oui, c’est la moindre des choses). Les 10ers km sont assez plat puis vient le passage dans les vignes avec plusieurs côtes dont une à 14% pff. Je continue tranquillement et remercie tj les supporters. Au passage au 30ème, j’ai 2′ d’avance, au 35ème 2’45 ». Les jambes sont lourdes et sensations de crampes mais ca en plus. Le passage au 41ème est le plus dur, mes jambes me dissent au revoir mais cela ne m’empèche pas de taper discute avec le motard pendant plusieurs centaines de mètre, faut bien passer le temps quand le souffle est là.
La foule est là, l’arrivée aussi, j’arrive en 2h43’09 » bizarrement tout frais (à part mes jambes), 
Un exploit, une course inoubliable, mon 1er marathon et me voilà vainqueur, que d’émotions. Ok 2h43 pour un vainqueur c’est pas top mais les absents ont toujours tort.
Mes temps de passage: 
5ème: 19.05min
10ème : 38.14
21.1km : 1h20’55 »
30km : 1h55’28

 12138571_10153175854816398_5666505134972757716_o

Pour en terminer avec les efforts de longue haleine, Dave De Backer était au marathon de Budapest et le boucle en 3h57’07’’.

Retour dans la région avec le run and bike de Buissenal ce samedi à 14h30 où près de 180 équipages se répartissaient sur le 10 et le 18 km dessinés dans le pays des collines. Le team chièvrois était très bien représenté, la meilleure place est à mettre à l’actif de Thomas Loquet et François Destrebecq qui terminent quatrième après avoir tous deux participé au semi-marathon de Beloeil le matin même.

Sur le 10 km :

32 Delbosse Thibaut- Damien Henry 58’52’’

52 Deconinck Vanessa – Stragier Sylvie

Sur le 18km :

4 Loquet Thomas- Destrebecq François 1h10’28’’

6 Clinquart Gilles- Carion Thibaut 1h11’25’’

13 Bastien Nicolas- Renard Nicolas 1h13’39’’

17 Cauchie César- Geens Renaud 1h14’41’’

50 Hanuise Christel- Schimenti Fabrice 1h26’13’’

55 Deschuytener Stéphane – Flameng Laurent 1h26’38’’

This slideshow requires JavaScript.

Advertisements

Les commentaires sont fermés.